Les Éducateurs

//Les Éducateurs
Les Éducateurs2018-10-05T17:33:57+00:00

Une Ressource Pour Les Enseignants et Les Autres Personnels des Ecoles

Par L’Organisation Mondiale de la Santé
Téléchargez gratuitement une ressource pour les enseignants et les autres personnels des écoles.

Dans le monde, le suicide est parmi les cinq principales causes de mortalité dans le groupe d’âge de 15 à 19 ans. Dans de nombreux pays, elle est la première ou la deuxième cause de décès parmi les garçons et les filles de ce groupe d’âge.

La prévention du suicide chez les enfants et les adolescents est donc une priorité élevée. Étant donné que dans de nombreux pays et régions, la plupart des personnes de ce groupe d’âge fréquentent l’école, cela semble être un excellent moyen de développer des mesures préventives appropriées.

Ce document s’adresse principalement aux enseignants et autres membres du personnel de l’école, tels que les conseillers scolaires, les médecins scolaires, les infirmières et les travailleurs sociaux et les membres des conseils scolaires des gouverneurs. Toutefois, les professionnels de la santé publique et les autres groupes intéressés par les programmes de prévention du suicide trouveront également l’information utile. Le document décrit brièvement la dimension du comportement suicidaire à l’adolescence, présente les principaux facteurs de protection et de risque qui sous-tendent ce comportement et indique comment identifier et gérer les personnes à risque. Et aussi comment agir lorsque le suicide est tenté ou commis dans la communauté scolaire.

Actuellement, le suicide chez les enfants de moins de 15 ans est généralement peu fréquent. La plupart des suicides chez les enfants de moins de 14 ans se produisent vraisemblablement au début de l’adolescence alors que le suicide est encore plus rare avant l’âge de 12 ans. Cependant, dans certains pays, il y a une augmentation alarmante des suicides chez les enfants de moins de 15 ans ; groupe d’âge de 15 à 19 ans.

Les méthodes de suicide varient d’un pays à l’autre. Dans certains pays, par exemple, l’utilisation de pesticides est une méthode commune de suicide, alors que dans d’autres, l’intoxication par les médicaments et les échappements de voitures et l’utilisation d’armes à feu sont plus fréquentes.

Les garçons meurent du suicide beaucoup plus souvent que les filles; Une des raisons peut être qu’ils utilisent des méthodes violentes de suicide, comme la pendaison, les armes à feu et les explosifs, plus fréquemment que les filles. Cependant, dans certains pays, le suicide est plus fréquente chez les filles de 15 à 19 ans que chez les garçons du même groupe d’âge et, au cours de la dernière décennie, la proportion de filles utilisant des méthodes violentes a augmenté.

Dans la mesure du possible, la meilleure approche pour les activités de prévention du suicide en milieu scolaire est le travail d’équipe qui comprend des enseignants, des médecins scolaires, des infirmières scolaires, des psychologues scolaires et des travailleurs sociaux scolaires, en étroite collaboration avec les organismes communautaires.

Avoir des pensées suicidaires de temps en temps n’est pas anormal. Ils font partie du processus normal de développement de l’enfance et de l’adolescence, comme ils travaillent sur des problèmes existentiels et essaient de comprendre la vie, la mort et le sens de la vie. Les sondages menés auprès des enquêteurs révèlent que plus de la moitié des étudiants du deuxième cycle du secondaire déclarent avoir pensé au suicide.

Les jeunes doivent discuter de ces sujets avec les adultes. Les pensées suicidaires deviennent anormales chez les enfants et les adolescents lorsque la réalisation de ces pensées semble être le seul moyen de sortir de leurs difficultés. Il y a alors un risque sérieux de tentative de suicide ou de suicide.

Par L’Organisation Mondiale de la Santé
Téléchargez gratuitement une ressource pour les enseignants et les autres personnels des écoles.

Soutien aux esprits

Soutien aux esprits: Guide de l’éducateur pour la promotion de la santé mentale et du bien-être des élèves
En collaboration avec le Réseau d’information sur la santé mentale des enfants et des adolescents, par l’Initiative de leadership en soutien aux étudiants de Hamilton-Wentworth (SSLI).

Préface

En juin 2011, le gouvernement de l’Ontario a publié le document Open Minds, Healthy Minds: Stratégie globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances de l’Ontario, qui décrivait une stratégie globale pour traiter les problèmes de santé mentale et de toxicomanie. L’objectif de la stratégie est de «réduire le fardeau des maladies mentales et des toxicomanies en veillant à ce que tous les Ontariens et Ontariennes aient accès en temps opportun à un système intégré de programmes de promotion, de prévention, d’intervention précoce, de soutien communautaire et de traitement excellent, coordonné et efficace».

L’accent est mis sur les trois premières années de la stratégie sur les enfants et les jeunes, avec des appuis axés sur trois domaines clés: accès rapide à des services de qualité, identification et soutien précoces et aide aux enfants et aux jeunes vulnérables ayant des besoins particuliers ). Étant donné que les écoles et les conseils scolaires jouent un rôle important dans la sensibilisation, la prévention et l’intervention précoce, et en reliant les élèves aux services communautaires, la stratégie reconnaît explicitement la nécessité de renforcer les capacités scolaires dans ce domaine.

Le présent document, Supporting Minds, a été créé en réponse à ce besoin. Il fournit aux éducateurs l’information dont ils ont besoin pour appuyer les étudiants ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie grâce à une reconnaissance précoce et à des stratégies efficaces en salle de classe.

En offrant des stratégies pour aider certains de nos étudiants les plus vulnérables, ce guide renforce les trois priorités fondamentales de l’éducation:

Niveaux élevés de réussite des élèves
Réduction des écarts dans le rendement des élèves
Une plus grande confiance du public dans l’éducation financée par les fonds publics

Soutenir les esprits a pour but de compléter, plutôt que de remplacer, les initiatives des conseils scolaires relatives à la promotion de la santé mentale et du bien-être des élèves.

Introduction

Les problèmes de santé mentale ont une variété de causes et prennent une variété de formes. Leur traitement peut impliquer plusieurs types d’intervention et de soutien, qui doivent être administrés de manière intégrée et soigneusement coordonnée. La forme de la réponse sera guidée principalement par les connaissances et l’expertise des professionnels de la santé mentale. Toutefois, étant donné que les éducateurs jouent un rôle important dans la vie de la plupart des enfants et des jeunes, ils doivent être conscients des problèmes de santé mentale qui peuvent affecter les élèves et comprendre comment contribuer à une réponse multiforme.

Le nombre d’enfants et de jeunes qui éprouvent des problèmes de santé mentale augmente dans notre société. En même temps, notre système éducatif en Ontario vise à rendre les écoles sécuritaires et acceptables et à répondre aux besoins de tous les élèves en fournissant le genre d’instruction et d’évaluation qui est «nécessaire pour certains et bon pour tous»

Chaque jour, les éducateurs voient les étudiants qui luttent – les étudiants qui se livrent à des comportements provocants et agissent, ou qui sont retirés et anxieux. Un tel comportement peut signaler des problèmes qui peuvent interférer avec la réussite des élèves à l’école et leur fonctionnement social. Bien que les éducateurs ne puissent pas et ne devraient pas tenter de diagnostiquer des problèmes de santé mentale, ils jouent un rôle important dans:

  • Promouvoir une santé mentale positive à l’école;
  • Identifier les élèves qui ont des problèmes de santé mentale;
  • Reliant ces étudiants aux services appropriés.

Ce guide de ressources est conçu pour aider les éducateurs à mieux comprendre la santé mentale afin de promouvoir la santé mentale de tous les élèves. Il fournit de l’information pour aider les éducateurs à reconnaître les élèves qui éprouvent de la détresse et à les soutenir dans leur chemin vers les soins.

Le guide traite du rôle des éducateurs dans la reconnaissance des élèves qui risquent de développer des problèmes de santé mentale et décrit les façons dont les éducateurs peuvent promouvoir la santé mentale et le bien-être de tous les élèves. Il offre des suggestions pour parler de la santé mentale avec les parents et les étudiants. Il fournit également des informations sur les types de problèmes de santé mentale que les enfants et les jeunes peuvent connaître, y compris les signes, les symptômes, les causes et la fréquence des différents types de problèmes et leur impact potentiel sur l’apprentissage des élèves. Plus important encore, il offre des stratégies pour améliorer la capacité des élèves à fonctionner à l’école à la fois académiquement et socialement.

L’esprit de soutien: Guide de l’éducateur pour la promotion de la santé mentale et du bien-être des élèves

____

Plan de leçon: Impact! Comment faire une différence lorsque vous prenez l’intimidation en ligne (Grades: 7 à 9)

Par Media Smarts
Téléchargez gratuitement Comment faire une différence lorsque vous témoigner l’intimidation en ligne

Dans cette leçon, les élèves discutent des raisons pour lesquelles ils pourraient être réticents à intervenir lorsqu’ils sont témoins d’intimidation cybernétique et identifier des façons dont ils peuvent aider sans aggraver les choses. Ils utilisent alors l’outil interactif Impact! Comment faire une différence lorsque vous témoigner d’intimidation en ligne pour les aider à décider comment naviguer dans des scénarios liés à être témoin de l’intimidation, et de partager leurs expériences pour les aider à comprendre combien il est important de bien réfléchir avant d’agir. Enfin, les élèves apprennent des «arbres de décision» et d’autres graphiques d’information et créent un info-graphique original pour communiquer ce qu’ils ont appris sur la façon d’intervenir lorsqu’ils sont témoins d’intimidation cybernétique.

Vous pouvez avoir un impact: Comment les témoins réagissent peut faire une grande différence dans l’arrêt de cyberintimidation et de le faire mal moins.

Beaucoup de fois les enfants vont dire qu’ils ne font pas l’intimidation, ils sont «juste entrain de plaisanter»- En fait, c’est la première raison pour être médiatisé en ligne. D’autres fois, les gens vont minimiser la gravité de la situation.

Il est peut être difficile de parler quand l’intimidation cybernétique se produit pour un tas de raisons, mais ce que vous dites et faites est vraiment important.

Téléchargez gratuitement Comment faire une différence lorsque vous témoigner l’intimidation en ligne